Billet d’humeur: Je crée mon mur des souvenirs

by Deby 3 avril 2017 0 comment

Plus on vieillit, plus l’on devient nostalgique. C’est une chose que j’ai compris depuis que j’ai eu 22 ans .

L’envie de se remémorer. Se replonger dans ce bouillon d’émotions afin de ressentir la joie, la peine, la douleur d’un instant .

La nostalgie me permet de revivre la première fois que j’ai senti l’air chaud de la Martinique rentrer dans mes poumons à la sortie de l’avion. Elle me fait revivre les fous rires quand je suis triste, elle me fait revivre l’amour quand il est absent et me fait revivre mes plus belles victoires quand je viens à manquer de confiance en moi .

Être nostalgique, c’est être humain; c’est aussi être adulte .

Finalement je commence à me dire qu’être un peu nostalgique fait partie de mon équilibre.

Alors un jour je me suis dis  » pourquoi pas en faire tout un mur ? » ça tombais bien puisqu’une partie du mur vieillissant de ma chambre méritait d’être embellit, pourquoi ne pas l’embellir de souvenir ?

À la recherche des souvenirs 

Je refais le fil de mon téléphone, des photos prise avec Rebel et je fais ressortir ces petites pépites de souvenirs que je décide d’imprimer en Polaroïd . Je suis passé par le site cheerz car je suis tombé dessus par hasard en scrollant sur Instagram.

Ils étaient enfin là ! Tout mes souvenirs de l’année écoulée et des premiers mois de celle entamée. Des sourires, des paysages… Ils étaient dans mes mains, inscrits à jamais sur une photo .

J’ai décidé de les accrocher sur ce vieux morceau de mur moche, sans finalement donner de sens à la façon dont je les mettaient. J’ai laissé mes mains me guider.

Quand je regarde ce mur, il me donne de l’espoir . Pourquoi?  Déjà parce qu’il me met face à tout ce par quoi je suis passé. Il me rappelle tout ce que j’ai fais de mes propres mains sans savoir où cela me mènerais. Des fois on à tendance à oublier ce qu’on à été capable de faire. Et quand les doutes prennent le dessus, que l’on veut laisser tomber nos bras, on oublie se qui nous a poussés à les levés .

Enfin, quand je vois toute la place qu’il reste sur ce mur, je me dit qu’il me reste encore beaucoup de belles choses à vivre . Et rien que cette idée me donne la force de garder les bras levés et de me battre .

Plus on vieillit, plus on devient nostalgique. J’ai décidé d’être une nostalgique positive

Vous aimerez peut-être

Leave a Comment

error: Content is protected !!